Conjoncture 2e Trimestre 2015 : l’horizon de l’artisanat du Bâtiment tarde à s’éclaircir

conjoncture_3t2012Patrick Liébus, Président de la CAPEB : « Notre activité continue à baisser mais à un rythme moins élevé. Nous constatons une légère amélioration des carnets de commande et, si cela se confirme, nous pourrions espérer un troisième trimestre moins terne que ceux que nous traversons depuis trois ans. »

Une baisse continue depuis trois ans, mais dont le rythme s’atténue

Le 2e trimestre 2015 marque avec –2%, le treizième trimestre de baisse d’activité dans l’artisanat du Bâtiment. Ce repli est toutefois moins important qu’au trimestre précédent (3 % au 1e trimestre 2015) et s’accompagne d’une légère augmentation des carnets de commande.

Ce recul s’explique, comme aux trimestres précédents, par une chute de -4% de la construction neuve néanmoins atténuée (-6% au 1er trimestre 2015).

Les mises en chantier poursuivent leur baisse avec un recul de -6,1 % qui correspond à 347 000 logements neufs commencés à fin mai 2015 sur un an cumulé. Le nombre de permis déposés affiche également une baisse de -6,1% sur la même période. L’activité entretien-amélioration, quant à elle, recule de -1%.

L’emploi, première victime de cette baisse continue d’activité

L’ensemble des régions enregistrent des replis d’activité compris entre -0,5% et -3,5%. La région Rhône-Alpes-Auvergne reste fortement impactée par la baisse d’activité.

Le nombre d’entreprises artisanales du Bâtiment envisageant d’embaucher au second semestre 2015 n’est que de 4 % (contre 7 % au même semestre de l’année précédente), alors que, dans le même temps, le nombre d’entreprises envisageant de procéder à des licenciements ou à ne pas renouveler de contrats atteint 10 % (contre 7 % au même semestre de l’année précédente).

Les carnets de commande s’allongent : une perspective d’amélioration pour le 2° semestre

Les carnets de commandes semblent s’étoffer et représentent 72 jours de travail en juillet 2015 (contre 66 en avril 2015). Leur renouvellement est en hausse pour l’ensemble des corps de métiers.

Patrick Liébus, Président de la CAPEB, conclut : « Si l’activité se détériore moins vite, l’emploi, au contraire, se dégrade plus vite. Quant aux carnets de commandes, j’attends de constater un rallongement pérenne : il peut être dû à l’effet mécanique de la diminution des effectifs dans les entreprises. »

Télécharger le communiqué de presse du 16 juillet 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *