Les sacrifiés # plus de 550 000 signatures

photos_de_couvertureUn mois après le lancement du mouvement « les sacrifiés » (le 13 novembre 2013), plus de 550 000 personnes ont déjà signé la pétition en ligne sur sauvonslaproximite.com, et les témoignages de soutien affluent de tout le pays.

 Qu’ils soient artisans, commerçants, travailleurs indépendants, mais aussi simples citoyens, élus de la nation… tous soutiennent les entreprises de proximité face à l’avalanche de nouveaux prélèvements fiscaux et sociaux qui menacent leur existence même. L’UPA tient à féliciter cette population qui a su prendre son destin en main afin de préserver l’avenir des entreprises de proximité.

Conforté par cette mobilisation, le président de l’UPA, Jean-Pierre Crouzet, a rencontré Sylvia Pinel et Bernard Cazeneuve, puis le Premier ministre. L’UPA a ainsi obtenu quelques mesures favorables aux entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité. Mais au-delà de ces mesures et de la promesse d’une réforme fiscale en 2015, le gouvernement n’a toujours pas répondu aux deux revendications immédiates des chefs d’entreprise de proximité : une baisse des charges dès 2014 notamment en élargissant le Crédit d’impôt compétitivité emploi -CICE- aux travailleurs indépendants, et le rétablissement des deux mesures de soutien aux employeurs d’apprentis supprimées en 2013 (prime d’apprentissage pour les entreprises de plus de 10 salariés et crédit d’impôt au-delà de la première année du contrat).

Le Comité Directeur de l’UPA a donc décidé de poursuivre la campagne de protestation.

Le 19 décembre, les présidents des UPA territoriales et les responsables des organisations membres de l’UPA se rassembleront à Paris afin d’apporter au Président de la République les 600.000 premières pétitions signées. Une délégation demandera à être reçue afin de rappeler les demandes des entreprises de proximité portées par l’UPA et de solliciter des mesures gouvernementales en réponse.

Par ailleurs le site www.sauvonslaproximite.com sera pérennisé et développé pour permettre aux Français de soutenir toujours plus nombreux l’économie de proximité :

– maintien des outils de la mobilisation (affichettes, vidéo, pétition, facebook et twitter…) ;

– ajout d’une rubrique informant les visiteurs du site des résultats de la mobilisation : discussions avec le gouvernement, soutien d’élus de la République, initiatives locales, reprises médiatiques… ;

– affichage heure par heure du nombre d’entreprises fermées depuis le 1er jour de la mobilisation.

Le président de l’UPA, Jean-Pierre Crouzet, a ajouté : « Un véritable harcèlement fiscal et social est en train de tuer l’économie de proximité. J’appelle tout le monde à poursuivre la mobilisation afin que le gouvernement prenne enfin les mesures qui permettront à nouveau à nos entreprises de créer de l’emploi, de la cohésion sociale et de relancer la croissance. »

L’UPA est l’organisation interprofessionnelle représentative de l’artisanat et du commerce de proximité.

Elle a pour membres fondateurs les trois grandes confédérations qui représentent ces catégories d’entreprises, la CAPEB (bâtiment), la CNAMS (fabrication et services), la CGAD (alimentation et hôtellerie restauration), et pour membre associé la CNATP (travaux publics et paysage).Elle fédère plus de 300 métiers de l’artisanat, du commerce alimentaire de proximité et de l’hôtellerie-restauration. Les artisans et commerçants de proximité représentent l’économie non délocalisable, fortement créatrice d’emploi et de richesse : 1,3 million d’entreprises, soit 40% des entreprises françaises, 4 millions d’actifs, 3 millions de salariés, 380 Md€ de chiffre d’affaires.

 

Une réflexion sur « Les sacrifiés # plus de 550 000 signatures »

  1. Encore un mouvement corporatiste; bonnets rouges,bonnets blancs, blancs bonnets, un mal bien français de division qui arrange bien le gouvernement.
    Artisants, commerçants, agriculteurs, ouvriers, retraités, fonctionnaires, prof libérales, entrepreneurs,tous y vont en ordre dispersé.
    Pourtant c’est bien tous les français qui subissent la furie fiscale actuelle due à la pratique outrageusement dépensière des institutions.
    EN 2008 le système fiscal comportait 214 taxes pour 714 milliards d’euros, je vous laisse le soin de découvrir celui de 2013 mais sous assistance respiratoire!
    Il est temps qu’un mouvement citoyen collectif rassemble et appelle tous ces mouvements pour une manifestation d’une tout autre efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *